AlternativeS DémocratiqueS - Projet global ou projet commun

REMARQUE ! Ce site utilise des cookies et autres technologies similaires.

Si vous ne changez pas les paramètres de votre navigateur, vous êtes d'accord. En savoir plus

J'ai compris

Qu'est-ce qu'un cookie ?

Un cookie est une information déposée sur votre disque dur par le serveur du site que vous visitez.

Il contient plusieurs données :

  • le nom du serveur qui l'a déposée ; 
  • un identifiant sous forme de numéro unique ;
  • éventuellement une date d'expiration…

Ces informations sont parfois stockées sur votre ordinateur dans un simple fichier texte auquel un serveur accède pour lire et enregistrer des informations.

A quoi servent les cookies ?

Les cookies ont différentes fonctions. Ils peuvent permettre à celui qui l'a déposé de reconnaître un internaute, d'une visite à une autre, grâce à un identifiant unique.

Certains cookies peuvent aussi être utilisés pour stocker le contenu d'un panier d'achat, d'autres pour enregistrer les paramètres de langue d'un site, d'autres encore pour faire de la publicité ciblée.

Que dit la loi par rapport aux cookies ?

La réglementation prévoit que les sites internet doivent recueillir votre consentement avant le dépôt de ces cookies, vous indiquer à quoi ils servent et comment vous pouvez vous y opposer. En pratique, un message doit apparaître quand vous vous connectez au site pour la première fois pour vous indiquer comment accepter ou au contraire refuser les cookies.

Comment bloquer les cookies ?

Vous trouverez des conseils pour installer des outils vous permettant de bloquer certains cookies lors de votre navigation. Pour les professionnels, nous proposons des fiches pratiques pour qu'ils puissent respecter leurs obligations légales.

Comment est-il possible de savoir quels sont les cookies déposés lors de ma navigation ?

Les experts de la CNIL ont développé un outil que vous pouvez installer en quelques clics qui s'appelle CookieViz. Il vous permettra de visualiser en temps réel l'ampleur du phénomène des cookies ainsi que le nombre impressionnant d'acteurs qui interviennent pour analyser votre navigation. 

Source : CNIL

Connexion

Connexion à votre compte

Identifiant
Mot de passe
Maintenir la connexion active sur ce site

Au sein d’AlternativeS DémocratiqueS, nous voyons la politique, non pas comme une tentative de modification ou d’adaptation à un état de fait, mais comme la construction d’un projet total en vue d’une société meilleure.

En cela, nous nous accordons avec les propos de la juriste Antoinette Rouvroy lors de son intervention au débat « le numérique fait-il de nous des numéros » du 25 Février 2017 dans le cadre du forum « L’année vue par les sciences ». Reste toutefois à comprendre ce qu’il y a derrière un projet politique et s’il est plus avantageux de parler de projet global ou de projet commun.

D’un côté, la globalité évoque une forme de transcendance qui se manifeste de manière verticale et réticulaire. Le global vient à la fois s’imposer de façon univoque et circonscrire un cadre à une situation. Cela signifie qu’on est face à une entreprise d’autodéfinition et de dénégation de l’altérité. Politiquement parlant, ceci donne lieu dans le premier cas au totalitarisme, dans le second au nationalisme.

D’un autre côté, la communauté suggère une somme d’éléments sans autre lien que leur coappartenance, et sous-entend également l’importance de l’habitude. Le commun désigne en même temps le petit peuple et l’habituel. En apparence, ceci renvoie à une certaine naïveté et inertie dans l’action, à une absence de ligne cohérente et durable, telles les initiatives locales actuelles. Cependant, cela pourrait bien plutôt être le cœur de la démocratie si le commun demeurait ce qui fédère et provient du peuple. L’action politique serait le résultat d’un accord de l’expérience et de l’immanence. Plus de décrets irréalistes et opportunistes, plus d’élite politicienne, plus de personnalités exceptionnelles ; la politique deviendrait l’affaire de tous.

Au sein d’AlternativeS DémocratiqueS, nous souhaitons faire de la politique un projet commun. Concrètement, il s’agit d’opérer une convergence des luttes sous l’égide d’une cohérence idéologique, de fusionner les micro-luttes tout en conservant la spécificité de chacune. L’enjeu est de conserver l’altérité et la diversité nécessaires à la pensée comme à l’action politique, tout en agissant sur le dénominateur commun de chaque combat qu’est la société. Par exemple, les mouvements de 1936 et 1968 ont amené des changements politiques et sociétaux profonds, ce à partir de revendications au départ disparates et apparemment distinctes. La société reste le cadre de tout combat, au sens où elle en est à la fois la structure et le champ d’action.

  • Aucun commentaire sur cet article.
Ajouter un commentaire