REMARQUE ! Ce site utilise des cookies et autres technologies similaires.

Si vous ne changez pas les paramètres de votre navigateur, vous êtes d'accord. En savoir plus

J'ai compris

Qu'est-ce qu'un cookie ?

Un cookie est une information déposée sur votre disque dur par le serveur du site que vous visitez.

Il contient plusieurs données :

  • le nom du serveur qui l'a déposée ; 
  • un identifiant sous forme de numéro unique ;
  • éventuellement une date d'expiration…

Ces informations sont parfois stockées sur votre ordinateur dans un simple fichier texte auquel un serveur accède pour lire et enregistrer des informations.

A quoi servent les cookies ?

Les cookies ont différentes fonctions. Ils peuvent permettre à celui qui l'a déposé de reconnaître un internaute, d'une visite à une autre, grâce à un identifiant unique.

Certains cookies peuvent aussi être utilisés pour stocker le contenu d'un panier d'achat, d'autres pour enregistrer les paramètres de langue d'un site, d'autres encore pour faire de la publicité ciblée.

Que dit la loi par rapport aux cookies ?

La réglementation prévoit que les sites internet doivent recueillir votre consentement avant le dépôt de ces cookies, vous indiquer à quoi ils servent et comment vous pouvez vous y opposer. En pratique, un message doit apparaître quand vous vous connectez au site pour la première fois pour vous indiquer comment accepter ou au contraire refuser les cookies.

Comment bloquer les cookies ?

Vous trouverez des conseils pour installer des outils vous permettant de bloquer certains cookies lors de votre navigation. Pour les professionnels, nous proposons des fiches pratiques pour qu'ils puissent respecter leurs obligations légales.

Comment est-il possible de savoir quels sont les cookies déposés lors de ma navigation ?

Les experts de la CNIL ont développé un outil que vous pouvez installer en quelques clics qui s'appelle CookieViz. Il vous permettra de visualiser en temps réel l'ampleur du phénomène des cookies ainsi que le nombre impressionnant d'acteurs qui interviennent pour analyser votre navigation. 

Source : CNIL

Bienvenue, Invité

SUJET : Le front de l'éducation

Le front de l'éducation 01 Jui 2024 14:48 #2560

Nous vivons une époque formidable que les médias et réseaux nous présentent comme une citadelle assiégée par une quantité phénoménale de menaces allant de l’astéroïde tueur aux hordes de Vlad 1er en passant par le jihad mondial et le réchauffement climatique, j’en passe !
Notre attention et notre pétoche native sont ainsi dispersées entre ces divers fronts, suivant nos natures et nos penchants. Ou bien nous optons pour la tête dans le sable et advienne que pourra.
Il est cependant un oubli fâcheux dans ce déluge informationnel saturant et mortifère : l’éducation, terme cargo regroupant la citoyenneté et la vie en société, l’instruction publique, initiale et continue.
Je reviens souvent sur ce qui est pour moi LE sujet majeur, l’éducation des petits et des grands.
Ce n’est pas du radotage, je ne fais que constater l’omniprésence du mot dans les débats de toutes sortes en regrettant qu’il n’y ait aucune suite concrète à ce qui est souvent dit de façon très pertinente.
Comme si on voulait se donner bonne conscience avant de passer à autre chose. Comme si nos élus et les gouvernements successifs qu’ils abondent, avaient peur de s’y attaquer au risque d’avoir par la suite à affronter des citoyens formés à ne plus gober n’importe quoi…
De ce front-là dépendent tous les autres, il est au centre de l’écheveau. Bien sûr qu’Il fait peur à ceux qui se partagent tous les pouvoirs dans le semblant de démocratie qu’est devenue notre république à force de lobbying des uns, de compromission des autres et d’indifférence de tous.
Combattre sur ce front nécessite la définition de véritables buts de guerre, et ensuite, conscient de la situation, celle des missions de chaque acteur, des intentions pour les remplir et de l’articulation des moyens.
Autrement dit, dans quelle société voulons-nous vivre ? En connaissance de cause de l’échec patent des politiques éducatives, resserrer les dispositifs pédagogiques autour des savoirs indispensables à la lecture critique du monde et à la vie en société jusqu’à ce qu’ils soient acquis par le plus grand nombre avant de passer à des enseignements plus ciblés en fonction des inclinations et potentialités de chacun.
Il devra de plus être proposé de revenir se former au cours de la vie professionnelle, pour évoluer dans sa pratique ou pour changer de filière.
C’est à ce prix que la violence ne sera plus une forme de langage atrophié, que la curiosité cessera d’être un vilain défaut, que les autres cesseront d’être des ennemis de fait, que les âneries et les mensonges circulant librement dans les réseaux et les médias, seront confondus, que les masques infernaux des paradis artificiels tomberont, que la politique redeviendra le moyen d’expression social et que le courage reviendra à ceux que nous élirons.
C’est aussi à ce prix que nous parviendrons à donner ce sens que nous recherchons tant pour nos vies.
Utopie ? Bien sûr que non si nous cessons de voter pour ceux qui nous mentent depuis si longtemps au point de nous pousser à déserter les urnes et à devenir semblables aux citoyens d’une autocratie sournoise qui dicte ses conditions sans jamais rien écouter ni entendre.
Voter, c’est bien, mais pour qui ?
Pour qui vous voulez en dehors des idéologies totalitaires, qu’elles soient politiques, religieuses ou marchandes !
Ah ? Nous voici bien embêtés, on ne nous propose que du prêt à penser ou de la propagande mais certainement pas de sortir des ornières où nous sommes embourbés.
Il y a une raison à cela et elle est éducative : nous en apprenons si peu sur la vie politique, nous sommes tant poussés à la mépriser, elle a tellement perdu de sens à force de tromperies, que le champ est libre pour ceux qui s’y sont intéressés et qui ont compris ce qu’ils pouvaient en tirer égoïstement pour eux faute d’avoir appris ce qu’était exactement l’intérêt général et le sens qu’il apportait à nos vies.

Le front de l'éducation 01 Jui 2024 15:43 #2561

"Voter, c'est bien. Mais pour qui ?" Ecris-tu. Bonne question. Comment s'y retrouver dans le labyrinthe actuel. Cf les Européennes et ses 38 listes. Beaucoup d'exotiques certes ! Mais comment prendre tout cela au sérieux ?
Sans compter les débats surréalistes. Bardella contre Attal : que je sache, Attal n'est pas tête de liste, il n'est même pas candidat ! Et pourquoi écarter Glucksman au coude à coude avec Hayer ? Un juste débat aurait été celui qui aurait permis à ces deux derniers d'en découdre pour permettre aux électeurs que nous sommes de les départager.
Au final, des élections "mascarade".
  • FARJAUD
  • Portrait de FARJAUD
Propulsé par Kunena
    • Portrait de Daniel Méjean
    • Patriotisme
    • Bien vu, mais je pense que les réseaux sociaux sont un effet secondaire du capitalisme sauvage, qui sert ses intérêts...
    • Portrait de Denis Notter
    • L'ile au bout du monde
    • Ayant assisté à la table ronde de l'asaf dont le sujet était la souveraineté, la nouvelle Calédonie a été cité...
    • Portrait de Daniel Méjean
    • La politique au pas de charge
    • L’interminable dérive politicienne nourrie de frénésie irréfléchie qui empoisonne la vie de la Nation et déroute...
    • Portrait de Daniel Méjean
    • Écologie contestée
    • Vu de ma colline, je n’ai pas l’impression que les affaires concernant la protection de la Nature et l’économie...