REMARQUE ! Ce site utilise des cookies et autres technologies similaires.

Si vous ne changez pas les paramètres de votre navigateur, vous êtes d'accord. En savoir plus

J'ai compris

Qu'est-ce qu'un cookie ?

Un cookie est une information déposée sur votre disque dur par le serveur du site que vous visitez.

Il contient plusieurs données :

  • le nom du serveur qui l'a déposée ; 
  • un identifiant sous forme de numéro unique ;
  • éventuellement une date d'expiration…

Ces informations sont parfois stockées sur votre ordinateur dans un simple fichier texte auquel un serveur accède pour lire et enregistrer des informations.

A quoi servent les cookies ?

Les cookies ont différentes fonctions. Ils peuvent permettre à celui qui l'a déposé de reconnaître un internaute, d'une visite à une autre, grâce à un identifiant unique.

Certains cookies peuvent aussi être utilisés pour stocker le contenu d'un panier d'achat, d'autres pour enregistrer les paramètres de langue d'un site, d'autres encore pour faire de la publicité ciblée.

Que dit la loi par rapport aux cookies ?

La réglementation prévoit que les sites internet doivent recueillir votre consentement avant le dépôt de ces cookies, vous indiquer à quoi ils servent et comment vous pouvez vous y opposer. En pratique, un message doit apparaître quand vous vous connectez au site pour la première fois pour vous indiquer comment accepter ou au contraire refuser les cookies.

Comment bloquer les cookies ?

Vous trouverez des conseils pour installer des outils vous permettant de bloquer certains cookies lors de votre navigation. Pour les professionnels, nous proposons des fiches pratiques pour qu'ils puissent respecter leurs obligations légales.

Comment est-il possible de savoir quels sont les cookies déposés lors de ma navigation ?

Les experts de la CNIL ont développé un outil que vous pouvez installer en quelques clics qui s'appelle CookieViz. Il vous permettra de visualiser en temps réel l'ampleur du phénomène des cookies ainsi que le nombre impressionnant d'acteurs qui interviennent pour analyser votre navigation. 

Source : CNIL

Bienvenue, Invité

SUJET : La police

La police 19 Aoû 2019 09:35 #1961

On parle beaucoup de la police, ces derniers temps. Portée aux nues lorsqu’elle s’oppose à des menées terroristes, elle est vouée aux gémonies à la moindre bavure lors d’opérations de maintien de l’ordre, elles-mêmes souvent contestées dans leur fond et dans leurs formes.
On parle beaucoup de ce qu’elle fait ou pas, mais presque jamais de ce qu’elle doit être et de ce qu’elle est devenue.
Alors, qu’est-ce que la police ? Pourquoi une police ?
C’est une invention récente qui a pris petit à petit la forme qu’on lui connait ici à partir de la Révolution Française et de la Déclaration des Droits de l’Homme et du citoyen de 1789 qui, dans son article 12, décrit sa nécessité et l’esprit de son rôle :
« La garantie des droits de l’Homme et du Citoyen nécessite une force publique : cette force est donc instituée pour l’avantage de tous, et non pour l’utilité particulière de ceux auxquels elle est confiée. »
On ne peut pas être plus clair ! Mais ce rappel est bien utile en un temps où me semble-t-il, certaines finalités ont été perdues de vue, en particulier l’intérêt général qui commande l’emploi de cette force.
En France, deux polices coexistent :
- la police administrative chargée de s’opposer aux troubles à l’ordre public, quels qu’ils soient, aux ordres des préfets.
- la police judiciaire chargée de tout ce qui concerne les infractions aux lois et à la poursuite de leurs auteurs, sous l’autorité de la magistrature.
Dans les faits, la frontière est un peu floue, variant en fonction des besoins et urgences de chacun.
Ceci dit, se pose rapidement le problème de son indépendance par rapport au pouvoir politique du moment qui va sans cesse chercher à l’employer dans son propre intérêt en exerçant une pression permanente sur la hiérarchie en jouant notamment sur ses orientations politiques.
Il en découle des soupçons permanents sur la partialité de la police contrôlée à la fois par les siens –les fameux »bœuf-carottes »- et le gouvernement : oser dire qu’il y a conflit d’intérêt me semble un minimum !
D’où les accusations véhémentes de partialité dans les opérations de maintien de l’ordre dont l’intensité se règle en fonction des liens politiques entre ceux qui gouvernent et ceux qui manifestent, ce qui explique clairement des différences de traitement scandaleuses entre par exemple des manifestations d’agriculteurs (je n’ai rien contre eux qui sont bien maltraités par la mondialisation libérale) qui n’ont pas besoin de black-blocks pour saccager presque impunément des préfectures ou autres institutions étatiques, alors que des cortèges plus paisibles mais mal connotés par le pouvoir en place sont traités à la matraque sous prétexte qu’ils abritent souvent bien involontairement des black-blocks. Belle invention, les black-blocks, qui justifient à eux seuls toutes les dérives violentes élargies aux quidams moyens simplement là pour exprimer leurs revendications.
Deux poids et deux mesures parce que les intérêts de certains ont prévalus sur l’intérêt général.
Alors, comment sortir de ces ambiguïtés qui mettent à mal la confiance que les citoyens devraient avoir en la police et la justice, ici liées de fait car un coup de matraque est déjà une forme de jugement, comme elles l’étaient aux origines de sociétés humaines ?
Alors, qui donc pourrait contrôler la police pour qu’elle reste dans le giron de l’intérêt général ? Contrôle à priori ou à postériori ? Par qui ? Des jurys populaires ? Des représentants de la Justice auprès des préfets, pour dire le droit ?
Très beau sujet de débat, moins stérile que de râler sans rien proposer ! On commence quand ?
Propulsé par Kunena
    • Portrait de Daniel Méjean
    • Démonstration par l'absurde
    • Ces dernières semaines, deux événements sont venus nous rappeler durement que nous reculions depuis trop longtemps...
    • Portrait de Daniel Méjean
    • Sécurité mortelle
    • Comme une ébauche de réponse à mes précédentes interrogations, je crois que les sociétés humaines ont besoin...
    • Portrait de Daniel Méjean
    • Rupture anthropologique
    • Comme vous, j’entends parler de rupture anthropologique à propos de la très controversée P.M.A. (procréation...
    • Portrait de Daniel Méjean
    • Lever les yeux
    • L’agitation permanente autour de la notion d’effondrement et de sa grosse part écologique me met mal à l’aise...