AlternativeS DémocratiqueS - Pourquoi les mouvements sociaux ont-ils échoué ? Et comment s’en sortir…

REMARQUE ! Ce site utilise des cookies et autres technologies similaires.

Si vous ne changez pas les paramètres de votre navigateur, vous êtes d'accord. En savoir plus

J'ai compris

Qu'est-ce qu'un cookie ?

Un cookie est une information déposée sur votre disque dur par le serveur du site que vous visitez.

Il contient plusieurs données :

  • le nom du serveur qui l'a déposée ; 
  • un identifiant sous forme de numéro unique ;
  • éventuellement une date d'expiration…

Ces informations sont parfois stockées sur votre ordinateur dans un simple fichier texte auquel un serveur accède pour lire et enregistrer des informations.

A quoi servent les cookies ?

Les cookies ont différentes fonctions. Ils peuvent permettre à celui qui l'a déposé de reconnaître un internaute, d'une visite à une autre, grâce à un identifiant unique.

Certains cookies peuvent aussi être utilisés pour stocker le contenu d'un panier d'achat, d'autres pour enregistrer les paramètres de langue d'un site, d'autres encore pour faire de la publicité ciblée.

Que dit la loi par rapport aux cookies ?

La réglementation prévoit que les sites internet doivent recueillir votre consentement avant le dépôt de ces cookies, vous indiquer à quoi ils servent et comment vous pouvez vous y opposer. En pratique, un message doit apparaître quand vous vous connectez au site pour la première fois pour vous indiquer comment accepter ou au contraire refuser les cookies.

Comment bloquer les cookies ?

Vous trouverez des conseils pour installer des outils vous permettant de bloquer certains cookies lors de votre navigation. Pour les professionnels, nous proposons des fiches pratiques pour qu'ils puissent respecter leurs obligations légales.

Comment est-il possible de savoir quels sont les cookies déposés lors de ma navigation ?

Les experts de la CNIL ont développé un outil que vous pouvez installer en quelques clics qui s'appelle CookieViz. Il vous permettra de visualiser en temps réel l'ampleur du phénomène des cookies ainsi que le nombre impressionnant d'acteurs qui interviennent pour analyser votre navigation. 

Source : CNIL

Connexion

Connexion à votre compte

Identifiant
Mot de passe
Maintenir la connexion active sur ce site

Cela fait cinq ans que la crise du système ultralibéral a éclaté. Les recettes des économistes officiels ont échoué : d’abord, le transfert des dettes des banques vers les États, puis l’austérité généralisée pour désendetter ces mêmes États. Maintenant, ils gémissent que les politiques ne savent pas relancer la croissance. Les analystes financiers les plus lucides ou les moins hypocrites, comme Olivier Delamarche, annoncent une récession sans précédent, pire que celle de 1929 qui a conduit à la Seconde Guerre Mondiale.

Cinq ans, ça a aussi laissé du temps pour réfléchir à ceux qui ne sont pas des financiers, des politiciens ou leurs porte-paroles dans les médias. À quoi sont-ils parvenus ?

Les mouvements sociaux déjà existants se sont poursuivis, de nouveaux sont apparus. Souvent marqués par un sceau négatif : anti-nucléaires, anti-ogm, anti-pub, anti-tv, anti-expulsions, anti-fermetures, insoumis, désobéisseurs... Ils se sont rencontrés, ils ont multiplié les forums sociaux. Quelle alternative proposent-ils à l’ultralibéralisme à bout de souffle ? Rien que de très vague, et aucun moyen pour atteindre ce très vague.

Il y a de quoi s’interroger sur cette stérilité. Qu’est-ce qui les a empêché, qu’est-ce qui les empêche encore de proposer un autre modèle de société ?

Cela tient à l’appartenance sociale des militants de ces mouvements. Très majoritairement ce sont des enseignants, des fonctionnaires, des travailleurs sociaux, des cadres moyens ou supérieurs. Ils sont éloignés des classes populaires, des travailleurs manuels. Cette séparation a été théorisée par le groupe de réflexion du Parti Socialiste, Terra Nova, qui estime préférable de ne plus s’occuper du bas peuple qui serait irrémédiablement réfractaire aux idées progressistes.

Les classes moyennes se sentent d’abord concerné par la qualité de leur vie ­– une nourriture saine, un environnement agréable et préservé, et par la charité aux plus démunis. Elles ont, pour l’instant, été relativement préservées de la crise qu’elles n’ont perçu que par la dégradation de leurs conditions de travail et par les difficultés d’insertion professionnelle de leurs enfants.

Les ouvriers ont d’autres préoccupations. Leur existence sociale même est en danger. Ils ont été les premières victimes de la “mondialisation”, qui est en fait leur mise en concurrence avec les travailleurs les plus exploités du reste du monde. Cette concurrence prend deux formes : celle, traditionnelle, de l’immigration, et celle, nouvelle, des délocalisations. Cela revient au même, du point de vue patronal, au nom de la réduction des couts du travail. Rien d’étonnant à ce que la première préoccupation de la classe ouvrière soit dès lors la sécurité à l’égard de l’étranger.

Il y a plus qu’une simple différence entre les aspirations de la classe ouvrière et celles des classes moyennes, il y a parfois opposition d’intérêts. Ce sont les classes moyennes qui, par leur nombre, utilisent le plus de personnel domestique ou pour la garde des enfants, personnel dont les revenus s’alignent spontanément sur ceux du bas de l’échelle sociale. Dans ce cas précis, l'intérêt économique des classes moyennes converge avec celui du patronat. Ce sont elles aussi qui fréquentent le plus les restaurants, où elles trouvent normal que les prix soient maintenus artificiellement bas parce que le personnel n'y bénéficie pas des conditions de travail et de rémunération normales dans notre société. Ce sont elles qui recherchent systématiquement sur internet les prix les plus bas pour les produits manufacturés et les services.

Les divergences entre les classes moyennes et les classes populaire sont accentuées par l’étanchéité nouvelle entre elles. Ce que les sociologues ont appelé la “panne de l’ascenseur social” a un sens bien précis : il s’agit de l’impossibilité pour les enfants des classes populaires d’accéder à une meilleure position sociale. Il y a quelques décennies, les instituteurs venaient de la classe ouvrière et de la paysannerie. Les grands-parents de Georges Pompidou étaient de modestes agriculteurs, son père instituteur. Il est très difficile aujourd’hui pour les enfants des classes laborieuses de devenir professeurs des écoles, tant à cause de la durée des études que par la méconnaissance des codes sociaux qui régissent ce milieu. La réservation d’un quota de place dans les grandes écoles pour les enfants des banlieues est un piètre palliatif.

 Le manque de circulation des individus entraine une incompréhension et accentue les divergences entre les classes moyennes et les classes populaires abandonnées par les intellectuels, et qui se tournent soit vers le Front National, soit vers le communautarisme.

Il ne s’agit pas ici de dire qui a tort ou qui a raison, de porter un jugement moral, mais de comprendre afin d’envisager une issue possible.

Notre société fonctionne au profit d’une oligarchie financière très faible par son nombre et très puissante par sa capacité de corruption, par son contrôle des médias, par sa domination politique. Contre elle, il faut envisager le rassemblement du peuple tout entier, pas d’une seule de ses fractions.

Les propositions démocratiques exposées sur ce site permettent de considérer les intérêts et des aspirations des uns et des autres, même si les compromis ne seront jamais faciles.

Avec pour objectif d’aboutir à un programme consensuel et sans a priori idéologique, il serait bon de confronter le plus possible des points de vue différents et divergents sur l’immigration, sur le travail clandestin, sur les conditions de travail dans la restauration, le bâtiment ou certains secteurs du textile, etc.

C'est ce à quoi je vous invite.

 

  • Jur JACOBS

    Rémy ajoute un élément à ses réflexions et je suis en remercie.
    Poursuivons les analyses ET l'élaboration des alternatives.

    Donc, voici une réaction pour poursuivre le dialogue.

    Est-ce que la société ne consiste qu'en trois grands groupes : les ouvriers (qui souffre), la classe moyenne (qui est épargné et profite de la politique de la baisse des prix) et l'oligarchie financière (qui domine et détermine toutes décisions) ?
    La question est quasiment rhétorique.

    Ils existent des groupes intermédiaires, des groupes de personnes qui sortent des cadres habituels, des ouvriers qui analysent très bien la situation, des membres de la classe moyenne qui sont plus proche des ouvriers (par exemple quand ils ont plusieurs enfants à leur charge, un job pas trop bien rémunéré et des charges considérables) et des personnes de la classe moyenne qui se comportent et pensent comme l'oligarchie (et pas seulement les traders!).

    En plus, à part des intérêts opposés entre la classe populaire et la classe moyenne il y a aussi (plus d')intérêts communs. Ces intérêts communs peuvent servir de "pont" ou de base pour ce front commun.

    Et si "les intellectuels" analysent comme Rémy qu'il faut un front commun avec la classe populaire pour faire contrepoids contre l'oligarchie [analyse que je partage en bonne partie], ils analysent sur quels thèmes ce front commun pourraient se faire (par exemple contre l'exploitation du tiers-monde, pour le développement des énergies renouvelables et l'isolation de bâtiments - emploi et économies financières).

    Pour moi, une de plus grandes difficultés à surmonter est le rôle des médias (et surtout la télé) qui ne reprennent que les raisonnements biaisé de l'oligarchie et intoxique la pensée de 95% de la population. Ce "brainwash" permanent le rend difficile à croire à des alternatives au néolibéralisme sauvage.
    Et pourtant les preuves existent que ce système ne peut que mener à un désastre !

    Comment transmettre que l'information dominante est biaisée, truquée, modifiée pour servir l'intérêt de l'oligarchie financière ? Comment transmettre qu'un autre analyse de la situation actuelle mène à d'autres réponses ?

    Jur Jacobs

  • Les médias jouent un rôle important mais ils ne sont pas déterminants. Si leur contrôle assurait la toute puissance, il n’y aurait jamais eu les révolutions dans les pays d’Europe de l’Est ni de Printemps arabe.
    Ce qui a été déterminant pour la révolution polonaise, c’est l’alliance entre les intellectuels regroupés dans le KOR et le syndicat ouvrier Solidarité. Cela seul a eu une force suffisante pour ébranler puis mettre à bas un régime totalitaire.
    C’est ce dont nous manquons ; pas d’un accès aux médias. Au moment où commence la liquidation des derniers pans de l’industrie automobile en France, ce n’est pas en disant aux ouvriers de se préoccuper du tiers-monde, des énergies renouvelables et de l’isolation des bâtiments qu’on pourra réaliser une alliance. Ça n’a pas marché et ça ne marchera pas.
    Pour ne prendre que votre premier exemple, celui de l'exploitation du tiers monde, la classe ouvrière a d'autres chats à fouetter. Ce qui pourrait lui être moins indifférent, c’est de savoir que sont les mêmes intérêts financiers qui pillent les ressources pour augmenter au maximum leur profits, ici comme là-bas, et que ce qui pourrait nous sauver, à savoir la saisie des banques et des mesures draconiennes contre les paradis fiscaux, aurait les effets les plus bénéfiques aussi pour le tiers monde.

Ajouter un commentaire